Comment expliquer les changements ? 🙋❓❔

Comment expliquer les changements ? 🙋❓❔

Accompagner les changements

 

Dans la vie, les changements sont inévitables, certains sont heureux et bienvenus, d’autres peuvent être brutaux et tragiques. Mais ils font partie intégrante de notre vie. Voici un petit guide pour vous aider à les expliquer à votre enfant, même s’il est trop jeune pour les comprendre certaines choses de la vie.

Quand je parle de changement, je parle de ces événements qui modifient une vie en profondeur. Je veux parle de :
– Si vous changez de maison.
– Un petit frère est prévu pour l’automne (oui, j’aime Bénabar )
– Un nouveau travail qui va changer profondément dans l’organisation de famille
– Une séparation à gérer
– Un décès dans la famille
 

Préparer et accompagner

Accompagner notre enfant durant les changements fait partie de notre rôle de parent. C’est à vous d’accompagner ces étapes de la vie, pour leur permettre de se construire. Grosse responsabilité ? Mais c’est aussi une formidable opportunité de grandir et d’aider ses enfants à mûrir afin de les préparer à la vie d’adulte qu’ils auront.

préparer

La première étape pour expliquer les changements reste la préparation. Prenez le temps de vous poser cette simple question : que voulez-vous faire transparaître à votre enfant. Cherchez les mots les plus simples. Passez aussi un moment à regarder les émotions qui vous habitent, quand vous pensez. Les exprimer peut vous soulager.
N’hésitez à répéter les mots que vous allez dire pour ne pas paraître chamboulé. N’oubliez pas que les enfants sont des éponges, donc si vous cachez la vérité, ils risquent de le ressentir quand même. Dire la vérité avec des mots simples, passez du temps à trouver les mots qui vous parlent et qui vont parler à vos enfants.

les impacts

Doit-on parler des impacts que ses événements ? Pour trancher, je vois 2 paramètres à prendre en compte. La maturité de l’enfant et type de changement. On ne traite pas la même façon d’une séparation à 2 ans qu’à 10. A vous de savoir doser, en fonction de votre enfant. Je ne peux que vous encourager à faire confiance à vos enfants, ils sont souvent bien plus matures que nous le supposons.

parler des changements

Choisir le moment et le lieu

Trouver le bon moment pour entamer la discussion peut être délicat à trouver. Trouvez un moment où votre enfant est calme et assez « frais » pour accueillir vos paroles. Je ne peux que vous conseiller d’éviter d’avoir ces discussions avant d’aller dormir un soir de semaine durant l’école, alors que la fatigue est là et qu’il est temps d’aller dormir. Vous risquez de passer une mauvaise nuit (vous êtes prévenu).

Une fois que vous avez bien expliqué, encouragez votre enfant à parler pour qu’il vous donne lui ses sentiments, et prenez le temps de l’écouter pour répondre à ses interrogations. Si vous n’êtes pas à l’écoute, il risque de se faire une construction mentale complètement biaisée. Ce qui peut le perturber. Vous aurez alors droit aux terreurs nocturnes et à une agitation particulièrement intense.

Se nourrir intérieurement.

Tous ses moments peuvent aussi être des côtés bénéfiques pour vous. Comme je le disais dans l’introduction de cette partie, c’est une incroyable opportunité de grandir au travers votre rôle de parent.
 

Les questions

Même si vous ne pensez pas que votre enfant à la maturité pour comprendre ce qui se passe, et qu’il ne montre pas de réaction directement, ne pensez pas qu’il n’a pas conscience des changements. Il lui faut du temps pour assimiler les informations et se faire une idée des changements.

Ses craintes et ses questions peuvent arriver bien plus tard.

Je me rappelle encore très bien du moment où Gabrielle m’a posé les premières questions sur l’arrivée de son petit frère. Nous en parlions de temps en temps à la maison, mais comme c’était encore le début de la grossesse, ce n’était pas le centre de nos discussions. Après lui avoir annoncé, expliqué ce que ça implique et parler de son rôle de grande sœur, Gabrielle c’était montré très indifférente à cette annonce. Avait-elle conscience de ce qui arriverait près de 9 mois plus tard ? Au moment des faits, je n’en étais pas sûr. Nous avons alors décidé de ne pas plus lui en reparler et de laisser le temps faire son effet. Elle verrait bien que le ventre de sa maman allait s’arrondir.

2 semaines plus tard, nous étions en train de monter l’escalier pour aller se coucher. Elle devait avoir un peu moins de 2 ans, et Marie était à la piscine. Sa première interrogation pointe le bout de son nez. Elle s’arrête, se retourne, et me pose la question « il est où le bébé ? ». Pourquoi ce moment ? Attendait-elle que je sois seul ? Une illumination du moment ? Je suis incapable de le dire.

Ses questions ne sont pas les nôtres.

Après avoir pris le temps de lui répondre, une seconde question suit. « Et Gaby, elle a un bébé dans le ventre ? ». Son questionnement était à 1000 lieux de ce que j’avais pu imaginer. Pour nous, c’est logique que non, mais pour elle ? J’ai expliqué que non, que c’était pour les mamans, et pas pour les petites filles, puis contente, elle a continué sa route vers les bras de Morphée.

C’est dans ces moments que l’on est heureux d’avoir des enfants. Pouvoir partager ses joies, et ses peines, fait partie intégrante de la construction du lien affectif que vous avez avec votre enfant. Car ce sont souvent ces moments chargés et émotion que nous retenons.
 

Étude de cas

Je vais vous présenter 2 changements qui sont survenus dans notre vie ces dernières années.

L’arrivée du petit frère 🤰👼🍼

Comme décrit un peu plus haut, et compte tenu de l’Âge de Gabrielle (2 ans) au moment où nous attendions notre second, nous avons joué la carte de la discrétion dans un premier temps. Nous avons peu parlé de l’arrivée du petit frère, préférant ne pas la perturber. Passer de Fille unique, à grande sœur est une étape importante, qui peut se négocier difficilement. Nous ne voulions pas vivre un enfer pendant plusieurs mois. Au démarrage, elle s’est montrée peu intéressée par l’annonce, hormis quelques questions.
C’est quand nous avons commencé à préparer la chambre du futur bébé que j’ai perçu une tension chez Gabrielle. Pendant quelque temps, elle ne faisait plus ses nuits, et elle ne faisait plus de progrès sur la propreté. Nous avons alors pris le taureau par les cornes en lui changeant son point de vue sur cette événement. Nous avons choisi de lui parler de l’arrivée du bébé sous l’angle du copain de jeux qui arrive. Qu’elle aurait bientôt un petit frère qui jouerait au ballon et à la dînette.
Nous avons essayé de la faire participer aux préparatifs, comme par le choix du doudou et de quelques vêtements.
Suite à ça, elle s’est détendue pour le reste de la grossesse. Seules les 2 dernières semaines durent plus sportives, mais je pense qu’elle a senti que l’issue de ces 9 mois d’attente était proche.

Un décès

Il y a quelques semaines, j’ai perdu mon grand-père. Ce fut une étape pour moi. J’en ai parlé à une amie psychologue pour savoir comment l’expliquer aux enfants, et si. Elle m’a dit que de son côté, l’expérience n’avait pas été très concluante et qu’il fallait être assez évasif sur le sujet. Ses enfants (4 et 2 ans 1/2 ) n’ont pas dormi pendant plusieurs nuits.

J’ai donc juste expliqué que j’étais triste, que grand papy était parti au ciel et que j’avais besoin d’un gros câlin. Avant 7 ans (l’âge de raison), les enfants ne peuvent pas comprendre la mort. J’ai donc pris e choix de ne pas lui expliquer clairement.

la rentrée à l’école

La fin de la nounou coïncide avec l’entrée à l’école. C’est une étape importante de l’enfance. L’enfant doit trouver sa place dans la collectivité et sociabilisée avec grand nombre d’enfant, apprendre et s’amuser.
Pour ce cas, j’ai déjà écrit un article complet ici.
Nous avons surtout amené le sujet au travers des livres. Petit à petit nous lui avons expliqué en quoi consistait l’école, et ce qu’elle allait y faire. J’ai fait une liste des livres que nous avons lus ici.

Conclusion

Voilà, j’espère vous avoir aidé. La semaine prochaine je reviendrai sur 3 événements majeurs que nous avons vécus depuis la naissance de Gabrielle et comment nous les avons expliqués.

Portez-vous bien et à la semaine prochaine !

5 (100%) 1 vote

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *